Culture, traditions et tatouages berbères dans la décoration d’intérieur

Dans cet article

Introduction

Inspiré d'un artisanat riche en couleurs et en matières, la déco berbère s'impose dans nos maisons modernes. Son style s'adapte à tout type de décoration et est considéré aujourd'hui comme une tendance décorative incontournable. Tapis, coussin et même vaisselle au style berbère sont au goût du jour. Mais quelle est l’origine de cette culture et de ce style ?

... l’appellation de “Amazigh qui signifie “Homme Libre”. 

La culture berbère

L'origine de la culture berbère

Femme berbères de Ait Hamza, Tissage, Tapis

Le nom “Berbère”, vient du mot grec “Barbaros” qui désignait une personne étrangère dans le sens où, celle-ci ne parlait pas la langue grecque. Ce sont les romains qui ont donné le nom de berbère à ce peuple à part : le peuple berbère. Le peuple berbère préfère toutefois l’appellation de “Amazigh qui signifie “Homme Libre”. 

La culture berbère se définit d’abord par sa langue. Elle a été, pendant des siècles, une culture d’oralité, celle des histoires que l’on échange, celles des contes à la veillée du feu de camp, des proverbes, et des chansons de marche, pendant les longues traversées du désert. 

Il est difficile de dater l’arrivée des berbères, pourtant la culture est restée très forte, au cours des siècles, et pour celui qui vit depuis un petit peu de temps au Maroc, il est facile de reconnaître, même sans parler la langue, la différence entre le berbère et l’arabe, dont les sonorités sont différentes, même si les langues sont voisines. Sur plus de deux mille ans, la culture amazigh a résisté à l’assimilation, c’est sans doute pour cela, que, bien souvent, au fond d’un petit village, ou sous la tente d’un nomade, on a l’impression que le temps n’est plus le même, et qu’on est parti dans un étrange voyage, qui ramène en un temps antique.

Les traditions berbères

Le peuple berbère au Maroc et toutes ses influences méditerranéennes, africaines, orientales, européennes ou internationales, se distingue tout particulièrement par : un lien indéfectible à la terre, un fort rapport au sacré, une grande convivialité, une hospitalité chaleureuse et un grand sens de la communauté…

Bien sûr, que l’on soit dans une grande ville ou dans un petit village, les traditions se vivent différemment au quotidien, mais elles sont toujours suivies. Que ce soit pour les fêtes traditionnelles, pour les mariages ou les naissances, dans le cadre de la vie quotidienne, la culture berbère est présente.

Dans le sud, particulièrement, il est fréquent de voir des femmes encore vêtues avec les habits traditionnels, ou portant un maquillage de fête avec le henné ou le safran. Le henné à un double langage, celui de la séduction et de la magie à travers les différents rituels. Sa pratique fascine, enchante notre société depuis la nuit des temps. Il fait partie intégrante de la vie traditionnelle... Les berbères utilisent, pour le henné, une base de symbole qui ont chacun une signification tels que : 

  • Le cercle : symbole de l’absolu. 
  • Les rosaces qui forment des triangles dont la pointe en haut symbolise le feu, la pointe en bas évoque l’eau et symbolise la féminité. 
  • Le point : le centre, l’origine, le foyer. 

Dans le même thème que le henné ont peut retrouver les tatouages berbères qui existent depuis plusieurs siècles.

Le tatouage a plusieurs fonctions, il peut être protecteur et ornemental, mais également identitaire ou médical.

Les tatouages berbères

Femme berbère tatouée, Tatouages berbères

Les tatouages berbères se font à l’aide de pigments issus de substances d’origine végétale telle que le charbon. Aujourd’hui les tatouages sont devenus plus ornementaux qu’autre chose. Contrairement à nos ancêtres, pour qui, le tatouage avait une fonction sociale. Autrefois les Imazighen se tatouaient sur plusieurs parties du corps. Notamment le front, le menton, les joues, le dos des mains et les tempes. Ils dessinaient des motifs et symboles qui leur étaient propres et avaient un sens bien spécifique. Le tatouage a plusieurs fonctions, il peut être protecteur et ornemental, mais également identitaire ou médical. Voici quelques exemples :

  • Le point symbolise le foyer.
  • Le premier trait vertical symbolise Dieu et la vie, ainsi que le premier outil planté en terre par l’homme.
  • Le losange représente la femme associée au serpent ils représentent l’union des contraires.
  • Le taureau représente la force masculine.
  • Le plus (signe +) symbolise l'œil de Dieu, l’étoile dont la lumière guide l’Homme dans la nuit.

Ces dernières années, les motifs berbères rencontrent un franc succès chez les jeunes. En effet, les jeunes choisissent de se faire tatouer les symboles Amazighs sans doute pour des raisons esthétiques. 

Les traditions perdurent aussi à travers les chants traditionnels dans les rues des ksours, les tapis qui sont toujours fabriqués avec les motifs centenaires et les bijoux qui s'allègent et s'adaptent à la vie moderne en gardant leurs décors.

La déco berbère : tissages et poteries berbères

Le tissage berbère

Le tissage berbère - Tapis, décoration d'intérieur

Le travail de la tisseuse ou tisserande berbère au Maroc, s’évertue depuis la nuit des temps à tisser, en quelque sorte, tous les fils de la vie…Les femmes berbères défendent cet héritage millénaire, cet attachement artistique et font valoir cette réputation internationale des tapis berbères marocains. Ces tisseuses berbères sauvegardent la mémoire, l’imagination, le savoir-faire et la rencontre multiculturelle des tribus berbères du Maroc. Elles assurent la continuité de cet art ancestral qu’est le tissage et font valoir les composantes de cette culture berbère marocaine unique qui met en avant, la créativité, l’imagination et la sensibilité typique et authentique de chaque artisan marocain.

Ces dernières années, les motifs berbères rencontrent un franc succès chez les jeunes.

Le tissage au Maroc fait son apparition dès 1500 av.J.C. La transformation de la laine passe entièrement entre les mains des tisseuses qui utilisent des outils spécifiques, qui sont aussi et souvent des objets de familles :  les peignes, les cardes, les quenouilles. Ces derniers contribuent à apprêter cette laine qui sera ensuite tissée. Les femmes sont assises au sol et commencent le cardage pour travailler le fil de trame qui doit être très résistant. C’est à l’aide de deux planchettes en bois hérissées de clous qu’elle travaillent les fibres de laine frisées et plus courtes, les fibres plus longues sont peignées et sont destinées à la chaîne. Les deux peignes sont utilisés pour séparer la laine. Les femmes sont des fileuses expérimentées, elles façonnent ainsi la laine à leur guise.

Aujourd’hui il est facile d’intégrer le tissage berbère dans la décoration de notre intérieur. Par exemple, les poufs, coussins et tapis berbères se prêtent parfaitement au jeu.

Collection Folks and Tales, housse de coussin

Je découvre la collection de Folks and Tales

Les poteries berbères

La poterie berbère, décoration d'intérieur

Cet art ancestral qu’est la poterie au Maroc est ancré depuis des siècles. Ce sont les Maures il y a plus de 1000 ans qui ont installé les premiers fours à Fès, Meknès, Safi et Marrakech. La matière première utilisée pour la poterie reste l’argile qui est très abondante au Maroc et qui de plus, offre une qualité assez exceptionnelle de matière première. Cette argile est tout d’abord séchée au soleil, puis, elle est ensuite mouillée pour être pétrie et travaillée à la main. Elle repose ensuite durant plusieurs jours avant d’être longuement manipulée pour laisser ensuite, l’art prendre forme. Les potières du rif utilisent leurs mains, elles travaillent à partir d’un colombin d’argile et non pas à l’aide d’un tour de potier. A contrario, la plupart des potiers hommes des régions et villes du Maroc où la poterie est répandue, travaillent quant à eux sur des tours à pied. 

La poterie a toujours fait valoir de nombreux articles utilitaires comme tous les plats, plats à tajines, plats à couscous, des assiettes, des bols, des tasses, des saladiers, des pots, des cruches, soit, toutes sortes de récipients. Elle fait désormais et aussi place à des objets décoratifs. Certaines poteries font valoir des couleurs très particulières. C’est le cas de la poterie de Fès et son merveilleux bleu cobalt, ou encore ce vert ou cet ocre particulier propre à la poterie de Tamegroute. Les poteries du Maroc sont parfois brutes, parfois vernissées, émaillées, sculptées…Elles sont aussi parfois décorées, parfois non. Toutes ces particularités font la variété des poteries marocaines.

Collection Taszuri Créations, pot de fleur

Je découvre la collection de Taszuri Créations

Taszuri créations, la créatrice au style berbère : son inspiration ? les tatouages berbères. Découvrez son interview ici.

Conclusion

La culture berbère mérite beaucoup d’intérêt. Même si des mystères persistent, c’est une culture qui fait valoir des savoirs-faire ancestraux, et, au Maroc, la simplicité la chaleur humaine, la convivialité, sont autant de qualités qui démarquent énormément cette population que vous aurez grand plaisir à rencontrer… Bienvenue en terre berbère, au pays des hommes et des femmes libres dont vous apprendrez beaucoup !