Quand bien-être et engagement éthique ne font pas bon ménage

Cesser de rendre visite à sa famille à l’étranger car l’avion est très polluant ? Rouler des kilomètres en voiture pour acheter “bio” plutôt que de se rendre à pied au supermarché d’en face ? Refuser à son enfant son jouet rêvé en plastique fabriqué en Chine ? Consommer responsable peut vite devenir un sacré casse-tête. Mais où placer le curseur pour éviter que cela nous mine au quotidien ? 

Ce n’est pas tant la liste des bonnes actions qui nous intéresse ici, mais l’impact qu’un engagement éco-responsable peut avoir sur notre bien-être.

Notre planète va mal, et ce n’est un secret pour personne ! Nous l’entendons tellement souvent que même les discours les plus alarmistes sont devenus banals. Les plus consciencieux décident d’agir, et c’est tout à leur honneur. 

Agir oui, mais comment ? quand ? à quel degré ? Ce n’est pas tant la liste des bonnes actions qui nous intéresse ici, mais l’impact qu’un engagement éco-responsable peut avoir sur notre bien-être. Aspirer à la perfection dans ce domaine rime souvent avec dilemmes, contradictions, voire anxiété, comme en témoignent les expériences d’Alba et Pierre.

Engagée au point de remettre en question quelques piliers de sa vie (son travail, sa famille) ?

Originaire du sud de l’Espagne, Alba est consultante dans le secteur des énergies renouvelables. Elle intervient sur plusieurs projets en Afrique et est contrainte de voyager régulièrement à la rencontre de ses partenaires et nouveaux clients. Une obligation professionnelle dont elle se serait bien passée, elle qui, à Paris, ne se déplace qu’à vélo et  frôle le zéro déchet. Elle avoue avoir déjà pensé à changer d’emploi, mais pour elle ce n’est pas suffisant. Proche de sa famille, elle ne peut s’empêcher de se rendre fréquemment en Espagne pour voir ses parents et ses amis d’enfance, et cela n’est malheureusement pas pratique à vélo.

“S’engager pour la planète est un long chemin. J’essaye de m’améliorer chaque jour en adoptant les bons gestes. Être en accord avec mes principes écologiques me demande beaucoup d’efforts, que je vois fondre comme neige au soleil à chaque fois que je dois prendre l’avion, provoquant en moi un puissant sentiment de culpabilité”

Papa et engagé, ce n’est pas toujours une mince affaire...

Jeune papa sensible à la cause écologique, Pierre est soucieux de transmettre à son petit de bonnes valeurs, et ce dès le plus jeune âge. Il lui parle d’aliments bio, de réchauffement climatique et de la nécessité de respecter la nature. Le petit Nicolas, éveillé pour son âge, semble saisir les enjeux de la cause, sauf qu’en ce moment, il n’a d’yeux que pour ce jouet en plastique venu de Chine, qu’il voit tous les jours dans la vitrine de cette célèbre enseigne à la sortie de son école. Son papa se retrouve alors tiraillé entre ses valeurs écologiques et la pulsion tant puérile qu’innocente de son petit, qui fêtera bientôt ses six printemps.

La perfection n’existe pas et la prise de conscience est déjà un grand pas.

Il existe autant d’histoires similaires que de personnes sensibles à un mode de vie sain et  éco-responsable. Que nous soyons novices ou écolos aguerris, nous sommes constamment confrontés à ce type de contradictions, dont la succession peut générer du stress supplémentaire à notre quotidien, devenir source d’anxiété, voire même parfois, provoquer une dépression. 

Parce que le bien-être de notre planète ne doit pas évincer le nôtre, il est important de veiller à notre équilibre pendant que nous poursuivons notre idéal écologique. Il y aura toujours des personnes plus pointilleuses que d’autres quant aux actions à mener pour le respect de l’homme et de l’environnement. Se comparer n’est donc aucunement pertinent et ne fait qu'exacerber l’anxiété précitée. Juger l’engagement des autres ou se faire juger relève même de l’absurde.

..., il est important de veiller à notre équilibre pendant que nous poursuivons notre idéal écologique.

L’engagement écologique ressemble plus à un marathon qu'à un sprint. Pour tenir la distance, il est indispensable d’être pleinement conscient de ses limites, savoir composer avec, afin d’agir de façon sereine et durable. Nul ne sert de s’acharner à respecter scrupuleusement toute la panoplie des gestes préconisés par tel ou tel article de blog. Le tout c’est de faire de son mieux, essayer de s’améliorer, tout en évitant de s’infliger des violences psychologiques inutiles.

Finalement, être sensible aux causes sociales et écologiques, aspirer à un monde meilleur, initier le changement : c’est ce qui compte. La perfection n’existe pas et la prise de conscience est déjà un grand pas. Personne ne doit se sentir jugé pour son niveau d’engagement. Cela résume bien la philosophie de Fany-store.com : promouvoir le travail des créateurs engagés. Certes chacun à sa façon, mais ils partagent tous la même démarche éthique. Fany construit des relations de confiance avec eux et exige de la transparence. Ainsi chacun d’entre nous pourra dénicher les pièces de son choix, selon ses valeurs et ses convictions.